Golf Blue-e-motion : étude

Au début du mois de mai, la chancelière allemande Angela Merkel a pu découvrir une étude de la future Golf blue-e-motion présentée dans le cadre de la cérémonie de fondation de la « Plateforme nationale Électromobilité » à Berlin. Avec cette version 100% électrique de la voiture européenne la plus populaire de tous les temps, Volkswagen jette un nouveau pont entre aujourd’hui et l’ère de l’électromobilité.

12851_GolfBlueEmotion_medium2.jpg

En 2013, après les débuts de la Up blue-e-motion (une nouvelle citadine), on assistera à la commercialisation de la Golf blue-e-motion et de la Jetta blue-e-motion, techniquement proche de celle-ci. Simultanément, la Lavida blue-e-motion fera ses débuts sur le marché chinois. Objectif avoué : avec des modèles aussi couronnés de succès que la Golf, Volkswagen veut affranchir la voiture électrique de son statut de véhicule de niche et établir ainsi, en sa qualité de leader du marché, une mobilité durable d’un nouveau type d’ici à 2018. Cela va dans le sens des projets du gouvernement fédéral allemand, qui souhaiterait voir un million de véhicules électriques sur ses routes d’ici à 2020.

Parallèlement à cette offensive électrique, Volkswagen fait le forcing dans le domaine de l’introduction de modèles hybrides. Le nouveau Touareg Hybrid est déjà commercialisé. En 2012, une version hybride de la Jetta fera ses débuts. Ensuite, ce sera au tour des Golf et Passat en 2013. Volkswagen continuera à faire évoluer avec la même détermination ses moteurs à essence, diesel et au gaz naturel (TSI, TDI et EcoFuel) caractérisés par une efficacité énergétique hors pair. Car il ne fait aucun doute que les modes de propulsion les plus variés coexisteront dans un futur lointain.

L’étude Golf blue-e-motion
Sous le capot de cette étude, on trouve un moteur électrique de 85 kW (115 CV) qui propulse la voiture en silence. Comme tous les moteurs électriques, celui de la Golf met immédiatement un couple maximum très élevé (dans ce cas, 270 Nm) à la disposition du conducteur. L’absence d’émissions se trouve dès lors doublée d’un plaisir de conduite accru. Le moteur puise son énergie dans une batterie lithium-ion d’une capacité de 26,5 kWh.

12850_GolfBlueEmotion_medium2.jpg

Selon le style de conduite adopté et les conditions d’utilisation (climatisation et chauffage branchés ou non, par exemple), l’autonomie de la Golf blue-e-motion peut atteindre 150 km. En Allemagne, cela couvre largement la distance parcourue quotidiennement par la plupart des navetteurs. Selon les statistiques fédérales, six personnes exerçant une activité rémunérée sur dix se rendent au travail en voiture. En moyenne, 45,8% d’entre elles parcourent à cet effet moins de 10 km (par trajet simple), 28,1%, entre 10 et 25 km, et 16,2%, plus de 25 km. Par ailleurs, la Golf blue-e-motion permet de couvrir le rayon d’action de nombreux prestataires de services. Et pour les petits déplacements, cette Golf représentera aussi une solution durable pour le particulier.

Cependant, plus encore que ce n’est le cas d’une voiture moderne mue par un moteur à essence ou par un diesel, l’autonomie maximale d’un véhicule électrique diminue fortement lorsqu’on exploite souvent sa pleine puissance. La Golf blue-e-motion, qui est en mesure d’atteindre 140 km/h, dispose toutefois de suffisamment de réserves pour ne pas « traîner en route » même si l’on n’exige pas le maximum de son moteur. La voiture peut aussi rouler sur son élan. Cela se fait chaque fois que le conducteur qui anticipe lève le pied de l’accélérateur. Dans ce cas, comme sur le Touareg Hybrid, le moteur est désaccouplé afin de réduire au minimum la résistance au roulement. Simultanément, la Golf blue-e-motion transforme son énergie cinétique en électricité (récupération).

Les éléments de la batterie sont répartis entre le coffre (qui conserve une bonne capacité de chargement de 237 l), la zone située sous la banquette arrière et le tunnel central du soubassement (entre les sièges avant), exploitant au mieux l’architecture du véhicule. Un ventilateur indépendant veille à maintenir une température constante à l’intérieur de la batterie.

DB2010AU00540_medium.jpg

L’essentiel des dispositifs d’entraînement et des organes auxiliaires a été intégré dans le compartiment moteur. Les développeurs ont fait bénéficier le véhicule de l’expérience acquise lors de la conception de nombreuses autres études. Ainsi, la Golf blue-e-motion, comme l’étude E-Up !, fait appel à un mode de propulsion électrique de conception dite intégrale. Le moteur électrique, la boîte de vitesses et le différentiel constituent le cœur de l’entraînement. La gestion de l’énergie est confiée à un onduleur à impulsion de haute puissance qui, avec le convertisseur DC/DC du réseau électrique de bord de 12 V et le chargeur, fait partie intégrante du système.

L’unité dans son ensemble est relativement légère et compacte. Cela explique pourquoi la Golf blue-e-motion, une cinq places dotée d’une carrosserie à cinq portes, n’accuse que 1.545 kg sur la balance, soit seulement 205 kg de plus qu’une Golf BlueMotion TDI avec une boîte DSG, et ce, malgré la présence des batteries, dont chacun sait qu’elles pèsent lourd.

L’année prochaine déjà, Volkswagen va tester dans toutes les conditions imaginables le mode de propulsion et la batterie d’accumulateurs de la future Golf blue-e-motion. Cinq cents véhicules-tests seront ainsi mis en circulation. Le compte à rebours jusqu’au lancement de la version de série de la voiture a commencé. L’avenir et le présent se rejoignent donc. Cela vaut tout particulièrement pour l’Allemagne, où, comme déjà signalé, un million de véhicules électriques devront sillonner les routes d’ici à 2020. Cette décision a été prise en août 2009 par le gouvernement fédéral et a fait l’objet d’un manifeste intitulé « Nationaler Entwicklungsplan Electromobilität » (« Électromobilité : plan de développement national »). Il y a cependant encore du chemin à faire d’ici à 2020. En particulier, le prix des batteries devra diminuer de façon drastique. Cela dit, une chose est certaine : sur ce million de véhicules électriques de l’an 2020, très nombreux seront ceux qui arboreront le sigle VW.

DB2010AU00538_medium.jpg

Caractéristiques techniques

Dimensions
Longueur :    4.199 mm
Largeur :      1.786 mm
Hauteur :    1.480 mm
Empattement :    2.575 mm

Propulsion
Type :    Moteur électrique
Puissance (maximale/continue) :   85 kW/50 kW
Couple maximum :    270 Nm

Transmission/Pneus
Boîte :   EQ 210 à 1 vitesse
Transmission :    aux roues avant
Taille des pneus :   205/55 R16

Performances
0-100 km/h :    11,8 s
Vitesse maximale :   140 km/h

Émissions de CO2* :    Négligeables

* Résultant de la production d’électricité à partir de ressources renouvelables.