Nouvelle Skoda Octavia, et coup d’oeil dans le retro…

La nouvelle Octavia reine de l’espace, du confort et de la fonctionnalité

  • La nouvelle Octavia offre les qualités d’une voiture du segment moyen au prix d’une compacte
  • La référence en termes d’espace pour les occupants et leurs bagages
  • Des équipements de confort et des systèmes d’infodivertissement innovants

18391_SKODA_Octavia_02_1

Depuis son lancement, en 1996, la ŠKODA Octavia est une voiture à part dans son segment. Chez elle dans la catégorie des compactes, elle offre des qualités qui sont toutes dignes d’une voiture du segment moyen. On retiendra principalement le généreux espace, la technologie d’avant-garde et la fonctionnalité élevée du modèle. La nouvelle ŠKODA Octavia confirme avec éclat ce statut particulier et séduit par un espace inégalé dans son environnement concurrentiel, ainsi que par des équipements de confort et des systèmes d’infodivertissement innovants.

La ŠKODA Octavia se démarque essentiellement par la combinaison, inédite dans le segment des compactes, de la ligne élégante d’une berline avec les avantages pratiques d’une voiture dotée d’un grand hayon. « L’Octavia a toujours offert, dans sa globalité, quelque chose de plus que ses rivales », déclare le professeur docteur honoris causa Winfried Vahland, président du directoire de ŠKODA. « La nouvelle Octavia poursuit dans cette voie de manière rigoureuse. Elle montre la direction qu’empruntera la marque dans le futur et s’avère plus que jamais un véhicule qui offre les qualités d’une voiture du segment moyen au prix d’une compacte. »

18390_SKODA_Octavia_01_1

Oc_032

La référence en termes d’espace pour les occupants et leurs bagages

L’espace dévolu aux occupants et à leurs bagages dans la nouvelle ŠKODA Octavia est inégalé dans la catégorie des compactes. Aucun véhicule de cette catégorie n’offre une longueur intérieure, un dégagement aux genoux et une garde au toit à l’arrière supérieurs. La longueur intérieure de la ŠKODA Octavia de la troisième génération a augmenté de 33 mm par comparaison avec celle de sa devancière pour atteindre 1.782 mm, tandis que le dégagement aux genoux à l’arrière a fait un bond de 47 mm et est maintenant de 73 mm. La garde au toit à l’arrière s’élève à 980 mm (contre 966 mm pour l’Octavia II). La largeur aux coudes a elle aussi progressé de manière nette, puisqu’elle est aujourd’hui de 1.454 mm à l’avant (+ 39 mm) et de 1.449 mm à l’arrière (+ 26 mm). Cette vague d’optimisations touche également la largeur aux épaules, qui affiche désormais 1.398 mm à l’avant (+ 19 mm) et 1.378 mm à l’arrière (+ 4 mm).

Oc_043

Comme c’est devenu une habitude chez ŠKODA, le coffre de la nouvelle Octavia établit un nouveau record dans sa catégorie. Son volume a encore augmenté de 5 l par comparaison avec celui de l’Octavia II, dont les 585 l constituaient déjà la valeur la plus élevée du segment, pour atteindre 590 l. Le hayon de la nouvelle Octavia présente une grande amplitude d’ouverture et facilite considérablement le chargement du coffre. La baie de chargement affiche fièrement 1.123 mm de largeur, soit une augmentation de 28 mm par rapport à l’Octavia de la deuxième génération et, en même temps, un nouveau record dans le segment. La hauteur du seuil de chargement du coffre est, avec 699 mm, l’une des plus faibles de la catégorie des compactes.

Oc_072

La nouvelle Octavia se signale en outre par une plus grande modularité. Le siège du passager avant totalement rabattable vers l’avant et la banquette arrière rabattable depuis le coffre seront dévoilés dès le mois de mai 2013. Pour la toute première fois dans une ŠKODA, il est possible d’abaisser les dossiers de la banquette arrière d’une simple pression sur un bouton situé dans le coffre. Une fois la banquette arrière rabattue, le volume de chargement passe à 1.580 l au maximum, soit 125 l de mieux que pour la deuxième génération de l’Octavia.

La nouvelle Octavia est, avec presque 4,66 m de long et plus de 1,81 m de large (sans les rétroviseurs extérieurs), plus longue de 90 mm et plus large de 45 mm que sa devancière. Dans le même temps, l’empattement a crû de 108 mm pour devenir, avec près de 2,69 m, le plus long du segment. Ces nouvelles cotes non seulement confèrent une allure impériale à la nouvelle Octavia, mais encore influent de manière extrêmement positive sur son habitabilité.

18499_SkodaOctaviaPresslaunchFaro056

Une technologie synonyme de confort plus élevé

Le recours à de nouvelles technologies n’est pas une fin en soi. L’objectif final est toujours de rendre chaque déplacement le plus sûr et le plus confortable possible. C’est la raison pour laquelle la nouvelle ŠKODA Octavia offre, outre de nombreux systèmes d’assistance synonymes de sécurité plus élevée, toute une série de nouvelles fonctions de confort.

La nouvelle Octavia est la première ŠKODA à être équipée de l’« Adaptive Cruise Assistant » (ACA). Jusqu’à présent, ce régulateur de vitesse adaptatif avec régulation de la distance inter-véhicules était réservé essentiellement à des voitures de segments supérieurs. L’ACA maintient, à une vitesse prédéfinie, la distance de sécurité entre l’Octavia et le véhicule qui précède. Si nécessaire, le système accélère ou ralentit automatiquement la voiture en intervenant sur la gestion de moteur ou les freins. Il recourt à un régulateur de vitesse combiné à un dispositif de régulation de la distance inter-véhicules. Un capteur radar logé dans la partie avant de la voiture fournit les données utiles. L’ACA fonctionne en combinaison avec une boîte manuelle ou une boîte automatisée à double embrayage et est actif à des vitesses comprises entre 30 km/h et 160 km/h. Dans le cas de l’Octavia à boîte DSG, le véhicule peut même être ralenti automatiquement jusqu’à l’arrêt.

Dans la pratique, les feux de route sont trop rarement utilisés et pas toujours éteints en temps voulu. Le nouveau système « Intelligent Light Assistant » assure la commutation automatique entre les feux de croisement et les feux de route, augmentant ainsi le confort et la sécurité dans le trafic. Dès 60 km/h, ce système d’assistance active automatiquement les feux de route en cas de luminosité insuffisante. Si un véhicule précède (jusqu’à 400 m de distance) ou vient en sens inverse (jusqu’à 1.000 m de distance environ), le système passe automatiquement en feux de croisement afin de ne pas éblouir d’autres usagers de la route. Lorsque l’« Intelligent Light Assistant » est activé, le conducteur peut également allumer ou éteindre ses longue-portée manuellement et reste en permanence maître de la situation. Le système recourt à une caméra, intégrée dans le pied du rétroviseur intérieur, qui détecte les sources lumineuses et transmet ses informations à l’unité de gestion logée dans le boîtier du rétroviseur.

Cette caméra sert également au dispositif de reconnaissance des panneaux de signalisation, qui sera disponible pour la première fois dans une ŠKODA. Un module de traitement d’images exploite les données enregistrées par la caméra afin de reconnaître les éventuels panneaux de signalisation. Il détecte les panneaux de signalisation d’une limitation de vitesse et les panneaux d’interdiction de dépasser, ainsi que les panonceaux qui les complètent, telles les limitations particulières d’application par temps de pluie, en fonction de l’heure de la journée ou en cas de traction d’une remorque. Grâce au dispositif de reconnaissance des panneaux de signalisation, le conducteur peut se concentrer davantage sur la circulation. La vitesse maximale autorisée et les interdictions de dépasser sont affichées sur l’écran « Maxi-DOT » de l’ordinateur de bord, dans le combiné d’instruments, et/ou sur celui du système de navigation, dans la console centrale.

La nouvelle Octavia sera aussi dotée, pour la toute première fois chez ŠKODA, de la dernière version du système d’aide au stationnement « Automatic Parking Assistant » (braquage automatique). Ce système non seulement facilite le stationnement du véhicule parallèlement au trottoir, mais il permet aussi désormais de se garer en marche arrière perpendiculairement au trottoir (« en bataille »). Il fonctionne de cette manière : le conducteur peut activer le système d’une simple pression sur un bouton jusqu’à la vitesse de 40 km/h. En mettant son clignotant, le conducteur choisit de quel côté de la chaussée il souhaite se garer. Des capteurs ultrasoniques détectent les places de stationnement disponibles. La mesure de l’emplacement, l’assignation de la position de départ et le braquage du volant sont assurés automatiquement par l’« Automatic Parking Assistant ». Le processus de stationnement assisté peut être exécuté dès qu’est trouvé un espace suffisamment grand (le véhicule doit pouvoir disposer d’une marge de manoeuvre d’au moins 60 cm). Le conducteur enclenche alors la marche arrière et se charge encore d’actionner les pédales d’accélérateur et de frein. L’« Automatic Parking Assistant » tourne le volant pour que l’Octavia suive la trajectoire idéale. Si elle dépasse la vitesse de 7 km/h ou risque de toucher un obstacle en effectuant son créneau, le système intervient automatiquement en donnant un coup de frein sec.

Des fonctions étendues sont offertes par le nouveau « Intelligent Park Distance Assistant », qui travaille en conjonction avec l’installation audio « Bolero » ou les systèmes audio et d’infodivertissement « Amundsen » et « Columbus ». Grâce à des capteurs spéciaux de distance d’obstacles intégrés aux pare-chocs de la nouvelle Octavia, des signaux acoustiques complétés par des indications visuelles sur l’écran du système de navigation informent le conducteur sur la distance qu’il y a entre son véhicule et ceux de devant et derrière.

Conduire une voiture est une affaire de goûts personnels. Les uns préfèrent une conduite plutôt coulée, les autres, une conduite plutôt sportive. La sélection du profil de conduite « Driving Mode Selection » – une nouveauté pour la marque – permet au conducteur de la nouvelle ŠKODA Octavia de régler certaines caractéristiques de roulage de son véhicule d’une simple pression sur un bouton. Il existe quatre modes de fonctionnement, « NORMAL », « SPORT », « ECO » et « INDIVIDUAL », ce dernier étant librement programmable. Toute une série de réglages changent en fonction du mode choisi, comme les caractéristiques de réponse du moteur, les points de changement de rapport de la boîte DSG, le degré d’assistance de la direction, la régulation de la distance inter-véhicules, la gestion des phares Bi-Xenon et le fonctionnement de la climatisation « Climatronic ». À cela s’ajoute une fonction dite de « roue libre » en mode « ECO » (en combinaison avec la boîte DSG).

Le mode « NORMAL » permet une conduite détendue tout en n’excluant pas la dynamique. Quand le mode « SPORT » est activé, la voiture adopte un comportement particulièrement vif, l’assistance de la direction et la réponse de la boîte DSG s’avérant nettement plus directes. Le mode « ECO » est conçu de manière à faire baisser la consommation, notamment en passant les rapports plus tôt, en réagissant plus tard aux sollicitations de l’accélérateur et en recourant modérément à la climatisation. Enfin, le mode « INDIVIDUAL » permet au conducteur de régler selon ses préférences personnelles certaines caractéristiques de la ŠKODA Octavia.

Le système de (dé)verrouillage et de démarrage sans clé « KESSY » (« Keyless Entry, Start and exit SYstem ») se révèle des plus commodes. Grâce à lui, il n’est plus nécessaire de se servir de la clé de contact pour déverrouiller et démarrer la nouvelle ŠKODA Octavia. Il suffit en effet de l’avoir sur soi, puisque le module de gestion du système « KESSY » reconnaît la clé jusqu’à une distance de 1,50 m du véhicule. Dès que le conducteur effleure la poignée de la porte ou actionne celle du hayon, la voiture se déverrouille automatiquement. Le moteur est lancé et coupé au moyen d’un bouton situé sur le côté droit de la colonne de direction.

La nouvelle ŠKODA Octavia peut être dotée en option d’un toit ouvrant panoramique coulissant et basculant. Son panneau d’un seul tenant est en verre teinté et insonorisant. Il fait 821 mm sur 981 mm. Le verre filtre 92% de la chaleur et 90% de la lumière.  L’élément vitré coulisse ou se soulève électriquement. L’ouverture du toit s’accompagne de la mise en place à l’avant d’un déflecteur de vent qui évite les turbulences dans l’habitacle et limite les bruits éoliens. Le conducteur et le passager avant peuvent actionner le toit ouvrant panoramique via un interrupteur rotatif combiné qui se trouve au centre du ciel de pavillon à l’avant. Le toit ouvrant panoramique est réglable sur huit positions différentes. Un store déroulant offre au besoin une protection supplémentaire contre une exposition trop forte aux rayons du soleil.

C’est une toute nouvelle génération de climatisations qui fait régner une température agréable dans la nouvelle Octavia. Elles se signalent avant tout par leur efficacité, nettement plus élevée. Elles ont en effet été conçues de manière à réduire considérablement la puissance électrique nécessaire à leur fonctionnement tout en améliorant le confort à bord. Entièrement automatique, la climatisation « Climatronic » module la température dans l’habitacle au moyen d’une régulation à deux zones. Le pilotage s’effectue à l’aide de différents capteurs : un capteur solaire qui détermine l’intensité du rayonnement solaire et la position du soleil, un capteur de surveillance de la qualité de l’air qui contrôle en permanence la qualité de l’air extérieur et veille à ce que les occupants ne respirent pas un air vicié (si nécessaire en activant le système de recirculation d’air) et un capteur d’humidité qui permet de repérer très tôt une formation potentielle de buée. Le compresseur qui sert à la déshumidification de l’air ne fonctionne dès lors plus qu’en cas de nécessité, ce qui entraîne une baisse de la consommation de carburant et, partant, des émissions de CO2. Les nouvelles climatisations de l’Octavia participent ainsi activement aux efforts de réduction de la consommation et des émissions.

Oc_051

Des systèmes d’infodivertissement modernes avec grand écran tactile (jusqu’à 8 pouces)

La nouvelle ŠKODA Octavia séduit par sa nouvelle technologie d’infodivertissement : pour la première fois chez ŠKODA, tous les systèmes d’un niveau supérieur disposent d’un écran tactile avec détecteur d’approche. En outre, un pur plaisir d’écoute est assuré par le nouveau système audio « CANTON » et un habitacle à l’acoustique optimisée.  L’ensemble des systèmes d’infodivertissement permettent, en plus des fonctions audio et de navigation, de procéder à certains réglages du véhicule. Le pilotage s’effectue via la touche « CAR », située à côté de l’écran. Selon l’équipement du véhicule, le système d’infodivertissement permet d’influer sur le réglage, par exemple, des vitres latérales, des rétroviseurs extérieurs, des capteurs d’aide au stationnement, des phares, du verrouillage centralisé et du chauffage stationnaire.

Oc_046

Les nouvelles versions de base « Blues » et « Swing » offrent un écran TFT monochrome qui possède une résolution de 310 x 70 pixels. Les deux variantes se caractérisent par la présence de quatre haut-parleurs à l’avant. Le modèle « Blues » propose les fonctions de base d’une installation audio, un port USB et une prise multimédia « Aux-In » qui permet par exemple de brancher un lecteur MP3. Version plus complète, le modèle « Swing » offre en plus un lecteur de CD et une fente pour carte SD. Il est également possible de commander en option la fonction Bluetooth et une « Phone Box » (un compartiment de rangement pour téléphone portable dans la console centrale). De part et d’autre de l’écran TFT se trouvent trois touches qui permettent d’accéder aux menus et d’activer les fonctions « Radio », « Media » et « Phone » (à gauche) et « Setup », « Car » et « Back » (à droite).

18393_SKODA_Octavia_04_1

Les systèmes « Bolero » (avec combiné radio-lecteur de CD) et « Amundsen » (avec en plus la fonction de navigation) offrent un écran tactile couleur de 5,8 pouces qui possède une résolution de 400 x 240 pixels. L’écran tactile est doté d’un détecteur d’approche : dès que l’on approche un doigt de l’écran, le système commute automatiquement du mode « affichage » au mode « commande ». Les fonctions « balayage » (qui permet de faire défiler des listes ou de feuilleter un document, par exemple) et « zoom » (grâce à laquelle on peut agrandir un document), bien connues des utilisateurs de smartphones, rendent son maniement aisé. Le système audio « Bolero » dispose notamment de la réception des gammes d’ondes FM et AM, de quatre haut-parleurs à l’avant et de quatre autres à l’arrière, d’un lecteur de CD, d’un port USB et d’une prise multimédia « Aux-In », ainsi que d’une interface pour cartes SD. En option, il peut également recevoir la fonction Bluetooth et une « Phone Box ». Le système de radionavigation « Amundsen » propose en plus la fonction de navigation en 2D, deux interfaces pour cartes SD et la fonction Bluetooth. Quatre touches situées de part et d’autre de l’écran permettent d’accéder aux menus et d’activer des fonctions supplémentaires. Par comparaison avec les systèmes « Blues » et « Swing », elles offrent également, selon le niveau d’équipement de la voiture, l’accès aux niveaux de menu « Phone » et « Sound ». En option, les systèmes « Bolero » et « Amundsen » peuvent aussi être dotés de la réception de la radio numérique (DAB) et du prestigieux système audio « CANTON ».

Oc_053

Oc_074

Le système de radionavigation « Columbus » ne laisse pour ainsi dire aucun souhait inassouvi en matière d’infodivertissement. La navigation avec cartes en 3D s’opère au moyen d’un écran tactile capacitif de 8 pouces qui offre une résolution de 800 x 480 pixels. Un lecteur de DVD (audio et vidéo) remplace l’habituel lecteur de CD. Le système « Columbus » propose en outre un écran avec détecteur d’approche, une prise « Media In » avec fonction vidéo Apple, un guidage par menu, huit hautparleurs, deux fentes pour carte SD, la téléphonie confort Bluetooth, la commande vocale, un « JPEG Viewer » et une mémoire flash interne de 64 Go.

Skoda Octavia

Quel que soit le système choisi, le port USB et l’interface « Aux-In » (ou « Media In » dans le cas du système « Columbus ») sont situés à l’écart sous le panneau de commande de la climatisation. Cela permet d’éviter les câbles qui s’emmêlent, par exemple lors du chargement d’un téléphone portable.

Le système audio « CANTON » garantit un plaisir d’écoute particulièrement élevé. Il comprend huit haut-parleurs très performants dans les contre-portes, une voie centrale dans la planche de bord et un caisson de graves dans le coffre. La puissance totale du système est de 570 W.

L’Octavia est équipée – une première pour une ŠKODA – d’une « Phone Box », c’est-à- dire d’un compartiment de rangement pour téléphone portable dans la console centrale. Il comporte à sa base une antenne Planar qui permet un raccordement dit « inductif » de l’antenne extérieure. Lorsque le téléphone repose sur son support, les signaux radio sont transmis par couplage en champ proche via un amplificateur à l’antenne du véhicule. Avantage : des caractéristiques d’émission et de réception idéales, comparables à celles d’un téléphone fixe. La « Phone Box » permet également d’utiliser normalement son téléphone portable lorsque la qualité du signal radio n’est pas optimale. La batterie du GSM est également préservée : grâce au couplage avec l’antenne extérieure, le téléphone n’a en effet besoin que d’une faible puissance pour émettre et recevoir.

Skoda Octavia

Skoda Octavia

 

Liste de prix en pdf

 

Le break arrive, il fait l’objet d’un article séparé, publié en mars 2013.

18715_Teaser_03

L’Octavia, le coeur de la marque ŠKODA

  • Le modèle ŠKODA le plus vendu : plus de 3,7 millions d’Octavia ont été vendues depuis 1996
  • L’Octavia intervient à concurrence de 44% dans les livraisons de ŠKODA en 2012
  • Symbole d’une progression sur la voie qui mène à la reconnaissance en tant que marque internationale

L’Octavia est depuis 20 ans la base de la réussite de la marque ŠKODA en République tchèque et sur les marchés internationaux. En 2012, l’Octavia représentait environ 44% des livraisons de ŠKODA (situation à la fin novembre 2012).

L’Octavia est le premier modèle entièrement nouveau de ŠKODA depuis la fin du rideau de fer et le rachat du constructeur automobile tchèque par Volkswagen. Depuis 1996, l’Octavia génère des impulsions décisives à la base de la progression fulgurante de l’entreprise, qui est passée du statut de constructeur national axé sur l’Europe centrale et l’Europe de l’Est à celui d’acteur international. De 1996 au mois de novembre 2012 inclus, plus de 3,7 millions d’Octavia ont trouvé acquéreur dans le monde, ce qui correspond à environ 41% des ventes totales de la marque au cours de cette période. Cela fait de l’Octavia le « best-seller » incontesté de la marque en 117 ans d’existence.

« Avec le lancement de l’Octavia, en 1996, la marque a recommencé à se développer fortement », explique Winfried Vahland, président du directoire de ŠKODA. « Sans l’Octavia, notre réussite à ce jour n’aurait pas été possible sous cette forme. Ce modèle a donné à ŠKODA un coup d’accélérateur décisif. Il incarne depuis presque 17 ans le coeur de la marque ŠKODA. Il représente ses valeurs et offre toujours plus : un design élégant et intemporel, un espace plus grand que la moyenne, davantage de fonctionnalités, de nombreux détails “Simply Clever”, des technologies modernes éprouvées, la qualité et la précision, sans oublier un rapport qualité/prix imbattable. Nous donnons toujours la priorité aux besoins du client, et non à tout ce qui est techniquement faisable. Nous avions pour obligation d’améliorer encore la troisième génération. Le résultat est une fois de plus un véhicule qui représente une classe en soi : la meilleure Octavia de tous les temps. »

Depuis son lancement, à l’automne 1996, l’Octavia a su convaincre par sa polyvalence, sa fonctionnalité, son espace, son caractère économique, son design intemporel et son rapport qualité/prix imbattable. Ce qui a démarré en 1996 avec une seule version de carrosserie (berline) a progressivement évolué pour devenir l’une des séries les plus couronnées de succès au monde. Avec la troisième génération, le constructeur tchèque devrait ajouter dans les années à venir un nouveau chapitre à la « success story » du modèle.

05 Skoda Octavia

06 Skoda Octavia

L’Octavia de la première génération : de 1996 à 2010

Lorsque la nouvelle Octavia a été lancée en première mondiale au Mondial de l’Automobile d’octobre 1996, le monde de l’automobile et les amateurs de voitures avaient les yeux rivés sur Paris. Ce lancement était un véritable coup d’éclat sur différents plans. Il s’agissait non seulement du retour du constructeur automobile tchèque dans le segment dit « A supérieur » après plus de 50 ans, mais encore, l’Octavia était le premier modèle entièrement nouveau signé par ŠKODA depuis la collaboration avec Volkswagen et la chute du rideau de fer. Une date historique pour ŠKODA et un signal clair : la marque est de retour.

Un retour en fanfare, même : la nouvelle berline de la catégorie compacte supérieure a séduit instantanément les journalistes et les clients avec ses technologies modernes, son généreux espace pour les occupants et les bagages, sa qualité optimale, son rapport qualité/prix exceptionnel et son design intemporel. À la clé, des critiques élogieuses.

Pour baptiser son nouveau modèle, la marque ŠKODA s’est replongée dans son histoire. De 1959 à 1971, le constructeur a produit un modèle appelé Octavia, une deuxportes spacieuse également disponible en version break et équipée des dernières technologies de l’époque. Le nom « Octavia » vient du mot latin « octo », qui signifie « huit ». L’Octavia originelle était en effet le huitième modèle développé par ŠKODA depuis la Seconde Guerre mondiale.

La demande pour l’Octavia du renouveau s’est rapidement envolée. En 1997, première année complète de vente, elle s’est écoulée déjà à 47.900 exemplaires. Un an plus tard, les chiffres avaient plus que doublé pour atteindre plus de 100.000 exemplaires.

Dès le départ, l’Octavia a imposé de nouveaux critères dans son segment. Notamment grâce à ses dimensions intérieures et extérieures et à un empattement de 2.508 mm, qui faisaient davantage penser à une voiture du segment moyen.

La voiture dessinée par le Belge Dirk van Braeckel, le designer en chef de ŠKODA de l’époque, impressionnait par son design intemporel. Avec ses formes plutôt anguleuses et sa grande calandre, elle a marqué le paysage automobile des années 1990.

L’Octavia I, première ŠKODA conçue sur la plate-forme PQ34 du Groupe Volkswagen, devançait également la concurrence avec ses nouveaux moteurs et ses technologies des plus modernes : au catalogue figuraient notamment une boîte de vitesses automatique, une transmission intégrale et une boîte manuelle à 6 rapports. La voiture recourait également à des dispositifs de sécurité modernes tels que l’ESP, l’ASR et l’ABS. La gamme de motorisations s’est élargie progressivement. Pour la première fois de son histoire, ŠKODA proposait des Octavia avec moteur à essence ou diesel suralimenté par turbo.

Étant donné le grand succès du modèle, ŠKODA a progressivement étendu l’offre. La version break est arrivée sur le marché à la mi-1998. En 1999, c’était au tour de la déclinaison à quatre roues motrices, l’Octavia 4×4. En 2000, l’Octavia a bénéficié d’un « facelift » et de nouvelles motorisations. Une version sportive, la RS, un clin d’oeil évident aux victoires en rallye de la marque à la flèche ailée, a également suivi.

OCRS_1509

Cette première Octavia était très appréciée. Pour preuve, l’Octavia Tradition a continué d’être produite et commercialisée jusqu’à la fin de l’année 2010, alors même que la nouvelle Octavia était sortie. Le dernier exemplaire quittera l’usine de Vrchlabí en novembre 2010. ŠKODA a produit au total plus de 1,45 million d’Octavia I de 1996 à 2010.

L’Octavia II : de 2004 à 2012

L’Octavia de la deuxième génération a suivi les traces de son aînée. Le nouveau modèle, dévoilé à Genève en mars 2004, brille par son design jeune, son espace toujours plus grand pour les occupants et les bagages et ses technologies extrêmement modernes. « La nouvelle Octavia a été entièrement repensée. Par son nom, son concept et son aménagement, elle s’inscrit dans le sillage de sa devancière », pouvait-on lire dans le dossier de presse de l’époque du Salon de Genève.

Oc_009

Pour la première fois, ce modèle est animé par un moteur à injection directe d’essence. Il faut ajouter à cela une nouvelle boîte manuelle à 6 rapports et de nouvelles transmissions « automatiques », dont la boîte automatisée DSG à double embrayage. Le nouveau train arrière multibras améliore le confort dynamique.

De plus grandes dimensions et un empattement plus long améliorent nettement l’espace intérieur et le volume du coffre. Le client a l’embarras du choix en termes d’équipements : de la climatisation « Climatronic » à réglage gauche/droit indépendant au contrôle automatique de la pression des pneus. Le système ABS avec amplification de l’assistance en cas de freinage d’urgence, désormais de série en Europe, quatre airbags et de nouveaux appuie-tête actifs contribuent à la sécurité.

L’accueil réservé à nouvelle Octavia a été fantastique. Fin 2004, peu après son lancement, elle s’est vu attribuer le « Volant d’or », une distinction convoitée, par le plus grand journal du dimanche d’Europe, « Bild am Sonntag ». La nouvelle série s’est progressivement développée les années suivantes. Le break Octavia Combi a été commercialisé dès le mois de janvier 2005. L’Octavia RS a suivi en 2006 et l’Octavia Scout, une déclinaison « outdoor », en 2007.

OcC_027

Avec l’Octavia de la deuxième génération, le constructeur tchèque a renforcé sa stratégie d’internationalisation. La production de l’Octavia a démarré en 2005 dans l’usine indienne d’Aurangabad. Depuis 2007, l’usine Shanghai Volkswagen assure la production de l’Octavia pour la Chine. Et, depuis 2009, l’Octavia est produite dans l’usine Volkswagen russe de Kalouga. En 2011, quasiment 38% des Octavia vendues dans le monde étaient destinées à des pays hors de l’Europe. Au total, ŠKODA a vendu jusqu’à présent quelque 2,3 millions d’Octavia de la deuxième génération.

_DSC0519

Cette Octavia a également renforcé le rôle de vitrine technologique du modèle. La version GreenLine, à la consommation optimisée, a été lancée en 2009 avec de série un dispositif « Stop-Start » automatique, un système de récupération (transformation de l’énergie cinétique en électricité à la décélération) et des pneus à faible résistance au roulement, notamment. Avec l’Octavia Green E Line, ŠKODA a présenté, à l’automne 2010, son premier véhicule électrique. Depuis le début de l’année 2012, dix de ces véhicules sont utilisés par des partenaires externes, notamment au château de Prague, à des fins de test.

Principales dates de l’histoire de la ŠKODA Octavia, de son lancement à aujourd’hui

1994
En décembre 1994, le Groupe Volkswagen et ŠKODA conviennent de porter la capacité de production de ŠKODA à 340.000 véhicules par an et de développer un tout nouveau modèle destiné au segment supérieur de la classe des compactes, modèle qui deviendra la nouvelle Octavia.

1995
Février : pose de la première pierre du site de production de l’Octavia à Mladá Boleslav.

1996
31 août : avant-première sur la place du quartier historique de Prague (Altstädter Ring) et au Musée ŠKODA de Mladá Boleslav.
3 septembre : inauguration du nouveau site de production de l’Octavia. Octobre : présentation en première mondiale de la nouvelle Octavia à Paris.

1997
Présentation de la ŠKODA Octavia au Salon automobile de Shanghai.

1998
Février : première mondiale de l’Octavia Combi au Salon de Genève.
Mai : lancement de l’Octavia Combi.

1999
Élargissement de la série Octavia avec une version à quatre roues motrices.

2000
Facelift de l’Octavia I. Lancement de la variante sportive, l’Octavia RS.

2002
Production de la 750.000e Octavia. Commercialisation de l’Octavia Combi RS. Premières ventes sur le marché indien.

2004
Février : la 1.000.000e Octavia est produite à Mladá Boleslav.
Mars : première mondiale de l’Octavia berline de la deuxième génération à Genève.
Avril : accord contractuel pour la production de l’Octavia par Shanghai Volkswagen en Chine à compter de 2007.
Mai : mise sur le marché de la nouvelle Octavia berline (deuxième génération). L’Octavia de la première génération est encore produite et commercialisée sur certains marchés jusqu’à la fin 2010 sous le nom d’Octavia Tradition.
Septembre : présentation en première mondiale de l’Octavia Combi et de l’Octavia 4×4 (deuxième génération) à Paris. L’Octavia II se voit décerner le « Volant d’or ».

2005
Janvier : commercialisation de la nouvelle Octavia Combi et de la nouvelle Octavia 4×4.
Septembre : présentation en première mondiale de la nouvelle Octavia RS. Novembre : lancement de la production de l’Octavia (commercialisée sous le nom de « Laura ») dans l’usine indienne d’Aurangabad.
Novembre : le 5.000.000e modèle ŠKODA depuis le début de la collaboration avec Volkswagen est produit à Mladá Boleslav. Il s’agit d’une Octavia 1.6 MPI.

2006
Novembre : présentation de l’Octavia (sous le nom de « Ming Rui ») en Chine lors du Salon de Pékin.

2007
Janvier : lancement de l’Octavia Scout.
Mars : lancement de la production de la Ming Rui en Chine dans l’usine Shanghai Volkswagen. Les ventes démarrent en juin.
Avril : la 500.000e Octavia II est produite à Mladá Boleslav.

2008
Mars : production de la 2.000.000e Octavia depuis 1996.
Octobre : première mondiale de l’Octavia II relookée à Paris, puis lancement. En coentreprise avec Volkswagen, les préparatifs pour la production en Russie de l’Octavia commencent à Kalouga.

2009
Mars : présentation en première mondiale de l’Octavia GreenLine au Salon de Genève. Commercialisation des Octavia RS et Octavia Scout relookées. La production de l’Octavia commence à plein rendement à Kalouga.

2010
Avec l’Octavia Green E Line, ŠKODA présente pour la première fois, lors du Mondial de l’Automobile de Paris, un concept de voiture électrique.
Novembre : fin de la production de la ŠKODA Octavia Tradition de la première génération. Début de la production de la ŠKODA Octavia Tradition de la deuxième génération.

2011
Avril : début de l’agrandissement des unités de production de Mladá Boleslav.
Août : début de la production d’une flotte-test de dix Octavia Green E Line.

2012
Début du test de dix ŠKODA Octavia Green E Line par des partenaires externes.
Novembre : début de la production de la nouvelle ŠKODA Octavia (troisième génération) à Mladá Boleslav.

Tableau des chiffres de ventes de l’Octavia (de 1996 à 2012)

TableauVentesOctavia