Modeles

La Coccinelle a 75 ans

Naissance d’une icône

Wolfsburg, il y a 75 ans : début de la production en série de la Volkswagen Coccinelle

La production en série de la berline de Volkswagen (la « Type 1 ») a commencé le 27 décembre 1945 et c’est grâce à elle que Volkswagen a connu sa véritable success-story. Initialement conçue comme un projet prestigieux des nazis, l’usine a produit des armes à partir de 1939 plutôt qu’un véhicule destiné au plus grand nombre. Jusqu’à la fin de la guerre, seules 630 unités du modèle rebaptisé « KdF-Wagen » en 1938 avaient quitté l’usine de Volkswagen. Ce n’est que sous tutelle britannique et grâce à la sagesse stratégique du major Ivan Hirst que l’histoire unique de la Volkswagen Coccinelle s’est écrite à Wolfsburg.

Table Of Contents

La production civile en série de la Volkswagen, appelée Type 1 en interne et connue plus tard sous le nom de « Coccinelle » dans le monde, commença seulement après la fin de la guerre, le 27 décembre 1945, sous tutelle étrangère, puisque le gouvernement militaire britannique avait précédemment repris l’usine de Volkswagen GmbH en juin 1945. Les Britanniques envisageaient en fait d’utiliser la Volkswagen Type 1 pour accomplir les missions de transport urgentes au sein de la zone d’occupation. Ce pragmatisme permit de conserver l’usine qui était menacée de démantèlement.

Le major et senior resident officer Ivan Hirst y a joué un rôle particulier. Sa clairvoyance et son talent d’improvisation ont permis le début d’une production automobile pendant les années de rationnement dans des conditions marquées par les pénuries. Grâce à son enthousiasme pour la technologie et l’automobile, à son dynamisme débordant et à une position claire, il est parvenu à transformer en un rien de temps l’ancienne usine d’armement en une entreprise commerciale civile.

En août 1945 déjà, le gouvernement militaire britannique avait commandé 20 000 véhicules. Cet élan est un signe évident de renouveau et d’espoir au sein de l’usine détruite en grande partie après la guerre. Parallèlement, cette initiative est cohérente avec la politique allemande ultérieure de la zone britannique, qui considère la sécurité matérielle et les perspectives d’avenir pour la population comme les pierres angulaires de la mise sur pied de structures démocratiques. La démocratie s’est aussi imposée dans l’usine de Volkswagen : les représentants de l’entreprise, élus démocratiquement, ont tenu leur séance constitutive le 27 novembre 1945.

Cependant, la situation était marquée par de graves problèmes pour le personnel, qui manquait de nourriture et de logements, et pour la production en cours, qui souffrait de la pénurie de matériaux et d’énergie. Malgré ces circonstances difficiles, la première berline de Volkswagen sort des lignes d’assemblage peu après Noël. Wolfsburg et l’usine de Volkswagen GmbH vivent grâce à elle un miracle de Noël tardif, huit mois seulement après la fin de la guerre. 55 véhicules seront produits au total à la fin de l’année 1945.

Dès 1946 et jusqu’à la réforme monétaire, environ 1 000 véhicules étaient produits chaque mois, chiffre qui ne pouvait être revu à la hausse au vu de la pénurie de matières premières et de matériel ainsi que du manque de main-d’œuvre. Les administrateurs responsables jusqu’en automne 1949 ont pris les bonnes décisions pour poursuivre la croissance de l’entreprise : ils ont mis sur pied un service après-vente ainsi qu’un système de distribution et ont démarré les exportations de la berline de Volkswagen à l’été 1947.

La décision de développer une production civile et de construire la Volkswagen Type 1 en série était le premier chapitre d’une histoire à succès unique. La relance précoce a permis à l’usine de Volkswagen GmbH d’occuper une excellente position de départ pour la reprise économique après l’introduction du mark allemand. Sous le nom officieux de « Coccinelle », la Type 1 est devenue plus populaire qu’aucun autre modèle auparavant dans le monde. Elle fait aussi figure d’exemple en ce qui concerne le délai de fabrication et le volume. C’est après 21 529 464 unités produites, dont 15,8 millions en Allemagne, que Volkswagen a décidé en juillet 2003 de mettre un terme à la production de la VW Coccinelle au Mexique.

Le saviez-vous ?

(source : 53 anecdotes en hommage à Choupette et son numéro 53)

  1. La Coccinelle a servi de base à la première Porsche, la Porsche 356.
  2. Le 22 juin 1934, le « Reichsverband der Deutschen Automobilindustrie » (RDA) a confié comme mission à Ferdinand Porsche de construire une voiture pour le peuple, soit une… Volkswagen.
  3. Le premier prototype est apparu en 1935 avec un moteur boxer 700cc refroidi par air. Il développait alors 22,5 chevaux.
  4. En 1936, les trois prototypes ont reçu le nom de série V3.
  5. La production a débuté en avril 1939, mais elle fut interrompue par la guerre
    après quelques centaines d’exemplaires.
  6. En août 1945, le gouvernement militaire britannique a demandé à l’usine Volkswagen – alors dirigée par le Major britannique Ivan Hirst – de livrer 20.000 berlines. La production en série de la Volkswagen Coccinelle a débuté endécembre 1945 et 55 voitures furent construites.
  7. La Coccinelle porte différents noms en Belgique : Beetle, Coccinelle, Cox ou Kever.
  8. La Coccinelle est la première automobile qui fut produite par Volkswagen.
  9. À ses débuts, la Coccinelle s’appelait Volkswagen Type 1.
  10. La Coccinelle appelée Choupette a été l’héroïne de différents films : « The Love Bug » (Un amour de Coccinelle, 1968), « Herbie rides again » (Un nouvel amour de Coccinelle, 1974), « Herbie goes to Monte-Carlo » (la Coccinelle à Monte-Carlo, 1977), « Herbie goes Bananas » (La Coccinelle à Mexico, 1980) et  » Herbie fully loaded » (la Coccinelle revient, 2005).
  11. La Coccinelle n’a pas seulement participé au Rallye de Monte-Carlo dans le film de Disney : elle a même remporté sa classe en 1964.
  12. La Coccinelle a aussi participé à divers autres films, dont James Bond.
  13. La Coccinelle se nomme « Maggiolina » en Italie.
  14. La Coccinelle se nomme « Vojo » au Brésil (NDLR d’autres sources mentionnent « Fusca » ?).
  15. La Coccinelle se nomme « Kodok » en Indonésie.
  16. La Coccinelle se nomme « Peta » en Bolivie
  17. La Coccinelle a été importée en Belgique à partir de 1948.
  18. Après l’importateur néerlandais Pon, la Maison D’Ieteren a été le deuxième importateur de l’histoire de Volkswagen, le contrat ayant été signé le 17 mars 1948
  19. La Coccinelle Choupette porte le #53 dans les films de Walt Disney.
  20. Ce numéro vient de Bill Walsh, qui était fan de Don Drysdale (emblématique joueur des Dodgers de Los Angeles, un club de baseball) qui jouait avec le #53.
  21. La toute première Coccinelle a été produite en 1938.
  22. Les premières Coccinelles avaient un moteur refroidi par air d’une puissance de 25 chevaux environ.
  23. Le prix de la première Coccinelle importée par les Frères D’Ieteren était juste en-dessous de 60.000 francs belges.
  24. La vitesse de pointe de cette voiture était de 100 km/h.
  25. La Coccinelle a une longueur de 4,05 m, une largeur de 1,54 m et une hauteur de 1,55 m, le tout pour un poids d’environ 700 kg.
  26. La Coccinelle a longtemps été la voiture la plus vendue et n’a été supplantée qu’en 2002 par la VW Golf.
  27. La première Coccinelle a été importée au Royaume-Uni en 1952.
  28. Depuis 1997, la Coccinelle compte une nouvelle branche dans la famille : la VW Fun Cup, une voiture de course avec un châssis tubulaire, un moteur VW et un look de Coccinelle.
  29. Un championnat de VW Fun Cup est organisé avec sept courses par an.
  30. En 2008, pas moins de 165 VW Fun Cup étaient au départ des 25 Hours VW Fun Cup sur le Circuit de Spa-Francorchamps.En 2008, pas moins de 165 VW Fun Cup étaient au départ des 25 Hours VW Fun Cup sur le Circuit de Spa-Francorchamps.
  31. La Coccinelle a servi de base à une monoplace de compétition, la Formule V qui a notamment servi de rampe de lancement à des pilotes devenus ensuite Champions du Monde de Formule 1 comme Niki Lauda, Emerson Fittipaldi ou Keke Rosberg.
  32. Le cœur d’une baleine est à peu près de la même taille qu’une Coccinelle et pèse environ 450 kg.
  33. D’Ieteren a développé une version sportive de la Coccinelle, la « Mach One » qui était disponible en deux couleurs exclusives.
  34. Le musée Autoworld a organisé en 2018 la 10e édition de la « Love Bug Parade », une réunion annuelle de Coccinelles avec des participants venant de toute l’Europe.
  35. Une version appelée « Binocle » est sortie avec deux fenêtres arrière distinctes. On l’appelait « Brilkever » en néerlandais et « Split Window » en anglais.
  36. Le moteur de la première Coccinelle se trouvait à la place du coffre.
  37. Plus de 21 millions de Coccinelles ont été produites, 21.529.464 pour être précis.
  38. Une version américaine du Buggy Coccinelle – le California – a été spécialement développée pour rouler sur le sable.
  39. Un cabriolet deux places fabriqué par Hebmüller a existé.
  40. Un fabricant belge de polyester a produit et vendu un coupé basé sur la Coccinelle. Son nom ? Apal.
  41. Walter de Silva, le directeur du design du Groupe Volkswagen, a dessiné la Beetle de 2011.
  42. Volkswagen America engage deux Beetle GRC dans le Global Rallycross Championship. Ces deux bolides à quatre roues motrices développant 544 chevaux ont dominé le championnat avec Scott Speed (triple champion en titre) et Tanner Foust.
  43. Lors du traditionnel World of Speed Event sur le Lac de Bonneville aux Etats-Unis (dans l’Utah), une Volkswagen Coccinelle spécialement étudiée pour cet exercice a battu un record de vitesse. La Beetle LSR (Land Speed Record) et son moteur turbocompressé 2,0 litres à injection directe (TSI) a atteint sur la distance d’un mile la vitesse de 328,195 km/h, la plus haute jamais enregistrée pour une Coccinelle.
  44. Le mercredi 30 juillet 2003, la toute dernière Coccinelle (ancienne génération) est sortie de la chaîne de montage de l’usine de Puebla, au Mexique. Avec des fleurs et de la musique, le personnel a salué le départ de la 21.529.464 e Coccinelle. Ce modèle historique a effectué son dernier voyage sur l’Océan Atlantique en direction de Wolfsburg, où la belle a reçu une place de choix dans le musée. La production s’est définitivement arrêtée à 9h05 et ce fut le point final à une histoire longue de 68 ans dont le succès est unique dans le monde l’automobile (NDLR Voir photos un peu plus loin).
  45. La dernière Coccinelle produite à Mexico était peinte dans un bleu aquarius « Última Edición » et dotée d’un moteur essence 1,6 l de 34 kW (46 chevaux).
  46. La Coccinelle a été produite dans plus de 20 pays, notamment la Belgique entre 1954 et 1975.
  47. La 10.000.000 e Coccinelle a été construite en 1967.
  48. La Coccinelle a été fabriquée pendant 64 ans et 3 mois, ce qui restera probablement un record éternel.
  49. Rien qu’en Allemagne, où la production s’est arrêtée en 1978, plus de 16,2 millions de Cox ont été fabriquées.
  50. L’usine Volkswagen fabrique aussi des saucisses au curry et du ketchup au curry.
  51. La Coccinelle a aussi été vendue en kit, que les acheteurs devaient monter eux-mêmes.
  52. La nouvelle Beetle, plus moderne, a fait son apparition en 1998.
  53. En 1951, un équipage féminin comprenant Madame D’Ieteren, a gagné sa classe dans le redoutable Rallye de la Méditerranée jusqu’au Cap (en Afrique du Sud), soit un parcours de 14.300 km.

Motorisations

Au début, Ferdinand Porsche considérait son moteur à deux temps comme la solution la plus économiquement réalisable pour une petite automobile à un prix raisonnable. Après de nombreuses tentatives et tests, un moteur Boxer à quatre cylindres avec refroidissement par air a été utilisé, qui est, en principe, resté le même jusqu’à la fin de carrière de la Cox. Le premier moteur Volkswagen destiné à la production en série, avec des dimensions de base de 70 x 64 millimètres pour l’alésage et la course, avait encore un volume de travail de 985 centimètres cubes. Avec un taux de compression de 5,6: 1 et une vitesse nominale de 3000 tr/min, ce moteur atteint 22,5 ch. La conception du carter du moteur et de la transmission en alliage léger moulé sous pression est particulièrement remarquable. Dans la version militaire du Kübelwagen, qui tire son nom des sièges baquets, et de la Schwimmwagen, ou voiture amphibie, la capacité du moteur a été augmentée à 1131 centimètres cubes, ce qui a porté la puissance à 25ch.

Après 1945, le développement du moteur a été caractérisé par le passage à l’Elektron ultra-léger – environ 90% d’alliage de magnésium – pour le moteur et le carter de transmission. En outre, l’augmentation de la cylindrée du moteur à 1192 centimètres cubes et la retouche des culasses par la suite ont entraîné une augmentation de la puissance à 34 cv. Le temps d’accélération de 0 à 100 km / h était impressionnant de 35 secondes pour la Beetle 1200.

La prospérité croissante de la population et les demandes plus élevées ont conduit au développement de moteurs plus puissants. Volkswagen a donc conçu très tôt un moteur Boxer de 1,5 l. Cela ressemblait étroitement au moteur de 1,2 l déjà établi, mais avait un ventilateur de refroidissement avec des sorties arrières vers le vilebrequin au lieu de sortir par le haut. Cela a rendu l’ensemble du moteur plus plat et a permis au nouveau modèle d’intégrer un espace de chargement plat et profond au-dessus de la centrale électrique surbaissée. Une cylindrée de 1493 centimètres cubes résultait des mesures de base de 86 x 69 mm. Avec un taux de compression de 7,2: 1 et 3800 tr/min, la Coccinelle atteint 45 ch.

La prochaine étape vers plus de puissance a été franchie avec le moteur boxer de 1,5 litre. Il développait 44 ch à 4000 tr/min. Le carburateur à tirage descendant 30 PICT Solex était équipé d’un starter automatique pour remplacer le starter manuel. Cette 1500 Beetle de 1965 avait une vitesse de pointe de 125 km/h.

Cinq ans plus tard, le moteur boxer de 1,6 litre d’une puissance de 50 ch à 4000 tr/min a été lancé. Ce moteur a été constamment modernisé. Par exemple, au Mexique, son carburateur était équipé d’un capteur d’altitude qui garantissait que, malgré le terrain montagneux du Mexique, le moteur avait toujours le mélange air-carburant optimal et respectait les normes d’émission.

En 1988, le moteur de 1,6 l est passé de l’allumage commandé par contact à l’allumage électronique. Une nette amélioration des niveaux d’émission a été obtenue avec l’introduction du convertisseur catalytique sans sonde Lambda à l’automne 1990.

En 1993, la berline 1600 a reçu ses dernières améliorations techniques. Le moteur a reçu un système d’injection de carburant et la culasse a reçu des poussoirs hydrauliques. Dans le même temps, le convertisseur catalytique sans sonde Lambda a été remplacé par un avec une sonde Lambda. Après cette retouche technique, la Coccinelle mexicaine s’est conformée aux normes environnementales pertinentes, à savoir la norme Euro-3 sur les émissions d’échappement et la norme américaine Tier1, qui s’applique au Mexique.

Conception et équipement

Dans l’histoire de la Beetle de 1945 à aujourd’hui, il n’y a eu que quelques années au cours desquelles aucun changement n’a été apporté au corps. La Volkswagen archétypique se caractérise par le soubassement, qui peut être séparé de la carrosserie et est largement porteur, par la construction Boxer avec le moteur arrière intégré dans le sens de la longueur, par refroidissement par air et par traction arrière.

L’importance du design Porsche réside dans son objectif clair: quatre places, vitesse soutenue de 100 km/h, prix bas – ce sont les exigences minimales imposées à une voiture en ce moment. Mais surtout, c’est la forme compressée et profilée que Ferdinand Porsche a mis dans sa conception, acquise grâce à sa connaissance du domaine encore jeune de l’aérodynamique.

La première génération de Volkswagen a été conçue et planifiée comme un modèle unifié. Mais avec le début de la tendance à la hausse économique, il y a eu les premiers modèles d’exportation de la Beetle. En particulier, ceux-ci ont été équipés d’un meilleur équipement, d’une gamme variée de couleurs et d’ornements chromés. En outre, le soubassement porteur a offert aux carrossiers indépendants la possibilité d’utiliser la base produite en série comme point de départ pour des carrosseries personnalisées élégantes.

Bien que la Coccinelle ait toujours conservé sa forme au fil des ans, elle a réagi raisonnablement aux évolutions sociales et techniques. En n’utilisant que de légères modifications de conception, elle s’est adaptée, à l’intérieur comme à l’extérieur, à l’évolution de l’esprit du temps et aux découvertes de la technologie automobile moderne.

Du « Bretzel Beetle » original au « Mexico Beetle » de 2003, il y a eu une multitude de modifications pendant près de six décennies.

Evolutions

Pour déterminer l’année d’une Coccinelle, il suffit de jeter un coup d’œil sur certains détails. Par exemple, les modèles d’avant 1953 possèdent une glace arrière en deux parties dite « split window » en anglais ou « bretzel » en allemand. Les modèles de 1953 à 1958 possèdent une glace arrière ovale, puis les modèles suivant sont dotés d’une vitre de forme rectangulaire. Dès 1968, la Coccinelle adopte des pare-chocs carrés avec une bande de caoutchouc au milieu.
La Coccinelle 1303 est facile à identifier car c’est la seule version qui reçut un pare-brise bombé et non plat.

Les modifications visibles les plus importantes de la VW Beetle de 1945 à aujourd’hui :

1945 à 1949: Sedan

1949: Modèle d’exportation, peinture haute brillance, bandes décoratives chromées, la serrure du coffre avant s’ouvre de l’intérieur.

1950: Ventilation sans tirage (évidement dans les vitres latérales), démarrage de la production du toit ouvrant.

1951: Volets de ventilation sur les côtés.

1952: Pneus 5.60 – 15, ouies de ventilation, pare-chocs et klaxons modifiés, deux feux de freinage combinés avec feu arrière et réflecteurs, fenêtres pivotantes à charnières dans les portes sur le modèle d’exportation.

1953: Fenêtre « Bretzel » remplacée par une plus grande fenêtre ovale, bande centrale supprimée.

1955: Double échappement, toit ouvrant en PVC, nouveaux feux de freinage, arrière et réflecteur sur l’aile arrière, feux positionnés plus haut.

1957: lunette arrière et pare-brise plus grands, nouvelle forme de capot arrière, éclairage de plaque d’immatriculation avec lentille de diffusion en forme de baignoire, tableau de bord redessiné.

1958: rétroviseur latéral plus grand.

1959: Poignées de porte et boutons-poussoirs fixes, coffre 65% plus grand.

1960: Lave-glace, feux de croisement asymétriques, clignotants.

1961: Feu arrière à deux chambres.

1963: Toit ouvrant coulissant en acier, large boîtier pour l’éclairage de la plaque d’immatriculation. Modification de la forme des clignotants avant.

1964: Fenêtres agrandies, essuie-glaces en position de repos à gauche, capot moteur avec fermeture par bouton-poussoir.

1965: Le modèle standard 1200 A reçoit un moteur de 34 ch, une VW 1300, des roues à disques perforés, des enjoliveurs plats.

1966: Le modèle standard 1300 A remplace 1200 A, VW 1500, voie arrière plus large, capot arrière modifié, éclairage de plaque d’immatriculation modifié, bandes décoratives plus étroites, nouvelles serrures de porte.

1967: VW 1200 « Economy Beetle » avec moteur 34 ch, ventilation d’air frais, attache trois points pour ceinture de sécurité sur tous les sièges, boutons de commande en plastique, pare-chocs renforcés, goulot de remplissage externe sur le côté droit.

1968: Couvercle du réservoir de carburant modifié.

1969: jantes modifiées.

1970: Introduction des modèles 1302 et 1302 S, 1302 également cabriolet, en plus, berline 1302 avec coffre plus grand et avant modifié, puissance du moteur 50 ch, jambes de suspension avant.

1971: ventilation améliorée, fentes d’aération supplémentaires dans le capot moteur, lunette arrière plus grande.

1972: VW 1303 « Panorama Beetle »: vitre panoramique, feux arrière plus grands.

1973: Le cabriolet 1303 est présenté.

1974: Clignotants intégrés au pare-chocs avant.

1975: VW 1200, pare-chocs peints en noir, coupe-froid d’aile noir, VW 1200 L, pare-chocs chromés avec bandes en caoutchouc, enjoliveurs chromés, feux de recul, ventilation forcée.

1976: VW 1200 L du Mexique: pare-chocs et enjoliveurs chromés, feux de recul, ventilation à air forcé, équipement amélioré avec panneau de commande rembourré et appuie-tête réglables sur les sièges avant, ceintures de sécurité avant automatiques à trois points, ceintures sous-abdominales statiques à l’arrière , lunette arrière chauffante et pneus ceinturés.

1979: Remplacement de l’enjoliveur par un capuchon.

1980: Introduction du volant à 2 branches, appuie-tête intégrés aux sièges avant.

1982: Retour aux enjoliveurs ornementaux, appuie-tête réglables.

1984: Retrait des fentes d’aération du capot avant et des boutons de commande sur le panneau de commande.

1985: Introduction de mesures de sécurité antivol.

1986: Réintroduction des capuchons anti-poussière avec cache-écrou de roue.

1988: Inclusion du volant Golf; éclairage du compartiment moteur, allumage électronique.

1989: Rétroviseur fixé au pare-brise, pare-soleil mobile côté passager.

1990: Changement du panneau de commande, retrait d’un tuyau d’échappement avec modification du panneau de fermeture, système de freinage à double circuit.

1991: Ceintures de sécurité automatiques et ceintures sous-abdominales à l’arrière, voyants pour système de freinage à double circuit.

1992: Rétroviseurs noirs, pare-chocs couleur carrosserie, modèles spéciaux, par exemple, Beetle Summer (peinture verte et bleue), un tuyau d’échappement.

2003: « Última Edición ».

Cox célèbres

Choupette (VF) et Herbie (VO)

Tout le monde se souvient de Choupette (prénom féminin dans la version francophone) alias Herbie (prénom masculin dans la version anglophone), la première voiture transgenre de l’histoire…

Article d’Allocine sur les films de la Coccinelle.

Superbug alias Dudu

Mais qui se souvient de Superbug alias Dudu ? Mieux que K2000…

Love Bugs

Toutes les Cox sont célèbres ! On les aime, et à Bruxelles, au Parc du Cinquantenaire, à la Saint-Valentin, on peut leur dire 🙂

Plein de photos à voir sur le site de Belgian VW Classics ; sur cette page la Love Bugs Parade de 2020.

En Allemagne aussi, bien évidemment…

L’avenir en électrique ?

Elles peuvent encore rester longtemps sur nos routes et dans nos villes, y compris les LEZ et autres…

«La Beetle électrifiée allie le charme de notre voiture classique à la mobilité du futur. Les composants électroniques innovants de Volkswagen Group Components se trouvent sous le capot – nous travaillons avec eux pour électrifier des véhicules historiquement importants, dans ce qui est un processus émotionnel », explique Thomas Schmall, membre du conseil de direction de Volkswagen Group Components. «Nous fournissons également aux propriétaires de Beetle une solution de conversion professionnelle, utilisant des pièces de production de la plus haute qualité.»

Nouveau VW e-up! comme base technique

La base technique de la conversion est fournie par des pièces de production testées de la nouvelle e-up de Volkswagen! Ceux-ci sont fabriqués sur les sites de production des composants du groupe Volkswagen. En conséquence, le moteur électrique et la boîte de vitesses à 1 vitesse sont produits à Kassel, tandis que les composants du système de batterie sont fournis par Brunswick.

Les composants de Kassel et Brunswick fonctionnent ensemble dans l’e-Beetle pour une puissance de 60kW / 82PS. Le système de batterie est intégré au soubassement et comprend jusqu’à 14 modules, chacun d’une capacité de 2,6 kWh. Les modules de batterie lithium-ion fournissent une énergie cumulée jusqu’à 36,8 kWh. Les performances supérieures et le poids accru en raison de l’ampleur de l’électrification nécessitent l’adaptation et le renforcement du châssis et des freins. Malgré le nouveau poids total de 1280 kg, l’e-Beetle accélère à 50 km/h en un peu moins de quatre secondes et à 80 km en un peu plus de huit secondes. L’autonomie de l’e-Beetle, qui atteint des vitesses de pointe jusqu’à 150 km / h, est de 200 km – une distance confortable pour une journée de détente dans une voiture classique électrifiée. Dans le cas où l’e-Beetle serait à court d’électricité pendant le voyage, les composants intégrés fabriqués en série permettent une charge rapide via un système de charge combiné. En conséquence, l’e-Beetle peut stocker suffisamment d’énergie pour un trajet de plus de 150 km après une charge d’environ une heure.

PEGI 18 – Quelques photos de c*l pour terminer 😉

Page Wikipedia dédiée à la Coccinelle.

Site dédié à la Cox Jeans.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page