Showroom

Lamborghini V12 : mitica mostra

Il ne faut pas maitriser la langue italienne pour comprendre que l’on parle d’une exposition mythique 😉

Je sais, ce n’est pas un V12 à l’avant plan 😉

Lamborghini Brussels

(dilemme propre à la Belgique, plus facile de le mettre directement en anglais plutôt de le mettre en néerlandais et en français, surtout vu aussi le côté international de la clientèle).

Un peu d’Italie en Belgique, et inversement…

Comme les deux photos ci-dessus, les photos des intérieurs de voiture sont des photos prises par Lamborghini Brussels (il y a leur logo dessus)…

A l’occasion des 12 mois de la nouvelle concession Lamborghini à Bruxelles, une exposition mythique afin de célébrer le légendaire V12 de la marque.

En 12 mois, plus de 70 nouvelles Lamborghini ont trouvé acquéreurs. La nouvelle équipe reçoit chaque client en mode privatif pour une expérience unique.

L’atelier de la concession de Drogenbos (au sud de Bruxelles) n’a rien à envier à l’usine de la marque : ici aussi de vrais artisans aux mains d’orfèvre réalisent des merveilles comme récemment la restauration d’un LM002, aussi appelé le Rambo Lambo à juste titre : il pèse peut-être 2,7 tonnes, mais il passe tout de même de 0 à 100 km/h en 7,8 secondes grâce au moteur V12 de 450 ch de la Countach. Dans son cas on devrait plus parler de « bullpower » que de « horsepower » 😀

D’ieteren

Comme Bentley et les autres marques du groupe VAG (Bugatti, Porsche, Volkswagen, Seat, Skoda, Audi), Lamborghini est importé en Belgique par le groupe D’ieteren. Derrière ce groupe se cache une famille, ne manquez pas cet article sur la collection qui retrace leur histoire : D’ieteren, deux siècles au service de la mobilité en Belgique.

Taureau

Ferruccio Lamborghini a choisi le taureau comme emblème de la marque parce que le Taureau était son signe zodiacal, tout simplement. Il est né le 28 avril 1916.

350GT

120 unités produites de 1964 à 1966. Son V12 atmosphérique de 3.5L sortait 270CV pour 325Nm de couple. Il lui faut 6.8s pour aller de 0 à 100km/h. Le moteur est positionné à l’avant. Une version de 4.0L a été produite ensuite pour la 400GT.

La 350GT était le premier véhicule de production fabriqué par Lamborghini en 1964. Le premier à arborer le Taureau doré sur fond noir.

Miura P400

764 unités produites de 1966 à 1973. Son V12 atmosphérique de 3.9L affichait 350CV pour un couple de 355Nm. Le 0-100km/h abattu en 6.3s, vitesse de pointe de 275km/h. Le V12 de 3.9L a été amélioré au fil du temps et développait 370CV/388Nm pour la P400 S et 385CV/400Nm dans la P400 SV.

Il a fallu à peine 3 mois au designer Marcelo Gandini pour mettre au point le look de la Miura. Sa patte se retrouve aussi sur la Countach, la Diablo et l’Urraco.

La Miura tire son nom de la famille Miura, qui élevait les taureaux les plus féroces et les plus puissants. C’est le premier nom de taureau donné à une Lamborghini, mais certainement pas le dernier.

La voiture présente une disposition innovante du moteur central monté transversalement, qui différait des modèles Lamborghini précédents. Dans P400, le P veut dire « Posteriore », le moteur est donc monté à l’arrière.

Ne manquez pas cet article a propos d’une Miura (et d’une Countach) cinquantenaire.

Countach LP400

1 983 unités produites entre 1974 et 1990. On retrouve un V12 de 3.9L atmosphérique de 370CV & de 361Nm qui lui permet de passer de 0 à 100km/h en 5.4s. Vitesse de pointe de 288 km/h.
En interne chez Lamborghini le projet derrière la Countach s’appelait Projet 112; chaque Countach porte un numéro de châssis commençant par 112xxx.

La Lamborghini Countach a introduit deux éléments importants :
* Les portes à ciseaux, utilisées par tous les modèles Lamborghini depuis lors, sauf le LM002. Ces « scissor doors » sont tellement assimilées à l’image des Lamborghini qu’on les appelle souvent les « lambo doors ».
Ces portes sont un élément de style, mais facilite aussi l’entrée. De plus plusieurs conducteurs de Countach les lèvent souvent, s’appuyant sur le seuil de porte, quand ils font une marche arrière.
* LP ou « Longitudinale Posteriore » ce qui veut dire « longitudinal arrière », ce qui se réfèrent à la position et à l’orientation du moteur. Parmi les avantages de ce positionnement, citons notamment une stabilité accrue en plaçant plus de poids près du centre de la voiture, une liaison plus directe entre la boite de vitesses et le moteur, un meilleur refroidissement, et une maintenance facilitée.

Diablo

2 884 unités produites de 1990 à 2001. Équipée d’un V12 de 5.7L délivrant jusqu’à 485CV & 580Nm. Un 0-100km/h en 4.5s et une vitesse de pointe de 325km/h.

La successeur de la Countach devait atteindre 315km/h, c’est le postulat de base pour le Projet 132, qui a donné naissance à la Diablo.

Pour la première fois une Lamborghini propose une version 4 roues motrices, c’est la Diablo VT. C’est d’ailleurs la version participant à l’exposition, prêtée par l’atelier de restauration Portofino Classics.

L’étude de la Diablo remonte à 1985, lorsque le constructeur décide de remplacer le modèle Countach. Dessinée par le designer italien Marcello Gandini du Centre de Style Bertone, c’est la seule Lamborghini née sous l’ère Chrysler, devenue société mère de Lamborghini en 1987. La direction générale de Chrysler fait retoucher « très légèrement » les plans de la carrosserie par le Chrysler Styling Center, ce qui explique que le modèle est resté en gestation pendant presque cinq ans (source Wikipedia).

Le nom de la Diablo est lié à la légende d’El Diablo (« le Diable » en français), un taureau élevé par le Duc de Veragua qui a mené un combat épique face à José Lara Jiménez, dit « El Chicorro », le 11 juillet 1869 dans l’arène de Madrid.

Murcielago

4 099 unités produites de 2001 à 2010. V12 de 6.2L. 572CV & 650Nm. 0-100km/h en 3.8s, vitesse de pointe 333km/h.
Disponible uniquement en 4 roues motrices, et pour la première fois également en boite automatique (boite robotisée à simple embrayage) e-Gear.

Il y a un célèbre designer belge derrière la Lamborghini Murciélago : Luc Donckerwolke.

Murciélago signifie « chauve-souris », et oui, elle a été présentée comme la voiture de Bruce Wayne dans les films « Batman Begins » et « The Dark Knight » !

(source inconnue – Web)

Aventador

Elle a fait sa timide à l’exposition de Lamborghini Brussels, elle n’était plus exposée quand j’y suis passé, mais elle mérite qu’on s’y attarde un instant…

Elle affiche à sa sortie une puissance de 700 ch et un 0 à 100 km/h en 2,9 secondes seulement.

Même si elle est sortie en 2011, elle représente encore aujourd’hui l’innovation chez Lamborghini.

Lamborghini a dévoilé son Aventador LP 750-4 (750 ch) SuperVeloce au salon de l’auto à Genève en 2015. Avec un V12 de 6,5 litres de 750 ch à 8 400 tr/min et 690 N m à 5 500 tr/min, l’utilisation massive de carbone, déjà omniprésent, permet d’abaisser officiellement le poids de 50 kg, soit 1 525 kg. L’aérodynamique a également été revu pour augmenter de 170 % l’appui par rapport à l’Aventador de base. La voiture possède de toutes nouvelles lignes plus sportives, un aileron arrière imposant et le sigle « SV ». Cette version effectue le 0 à 100 km/h en 2,8 secondes. Lamborghini a cette fois-ci adopté une direction assistée dynamique ainsi que des suspensions pilotées magnétiques (source Wikipedia).
En 2020, plus de 10 000 unités avaient été produites.

10 innovations en 10 ans

La valeur de la Lamborghini Aventador ne se limite pas à la puissance de son moteur V12 à aspiration naturelle ou à ses performances. Elle est également liée aux innovations techniques et technologiques introduites au fil des ans avec les quatre versions différentes : LP 700-4, Superveloce, S et SVJ :

  • Monocoque en fibre de carbone, qui a établi le leadership de Lamborghini dans la production et le développement de matériaux composites (avec entre autre la construction d’une usine spécifique) ;
  • Quatre roues motrices avec répartition du couple entre les roues avant et arrière contrôlée électroniquement;
  • Système de suspension Push Rod permettant à la voiture de réagir immédiatement aux conditions de la route et au style de conduite ;
  • Boîte de vitesses robotisée à tringles indépendantes (ISR), pour obtenir un temps de changement de vitesse de seulement 50 millisecondes;
  • Quatre modes de conduite différents : STRADA, SPORT, CORSA et EGO ;
  • Unité de commande Lamborghini Dinamica Veicolo Attiva pour permettre le contrôle longitudinal;
  • Système Aerodinamica Lamborghini Attiva 2.0 pour améliorer la tenue de route et les performances ;
  • Système de direction intégrale;
  • Système d’arrêt-démarrage innovant et rapide avec supercap pour stocker l’énergie électrique;
  • Système de désactivation de cylindre (CDS) pour augmenter l’efficacité. Le V12 devient alors un 6 cylindres en ligne.

Si l’on revient sur l’origine des noms des voitures Lamborghini, les voitures de Sant’Agata Bolognese tirent leur nom de taureaux de combat : Miura, Jarama, Reventón et Murciélago, mais l’un des plus fougueux de ces taureaux s’appelait Aventador.
À Saragosse, en 1993, Aventador s’est révélé être le taureau le plus courageux de l’arène. Tout au long de son histoire, la supersportive lancée par Automobili Lamborghini en 2011 a prouvé sa signification en avançant résolument dans l’arène automobile avec dix ans d’innovation.

Chérie j’ai rétréci l’Aventador

En fait il y avait bien une Aventador exposée…
Pour faire comme papa ou maman (430€ pour mini-Aventador)

Et en V10…

Huracan

La Huracán EVO est équipée du moteur Lamborghini V10 atmosphérique de 5,2 l, amélioré pour produire une puissance de sortie plus élevée et un son émotionnel et puissant, avec des soupapes d’admission en titane et un système d’échappement léger et raffiné. La Huracán EVO développe 640 ch (470 kW) à 8 000 tr/min avec 600 Nm de couple délivré à 6 500 tr/min. Avec un poids à sec de 1 422 kg, la Huracán EVO atteint un rapport poids/puissance de 2,22 kg/ch, accélère de 0 à 100 km/h en 2,9 secondes et de 0 à 200 km/h en 9,0 secondes. Le freinage de 100 km/h à 0 est atteint en seulement 31,9 m, avec une vitesse de pointe de plus de 325 km/h.

Huracan STO

STO pour Super Trofeo Omologata

  • Le plus pur concentré de prouesses de Squadra Corse en sport automobile, issu des voitures de course Lamborghini Huracán Super Trofeo EVO et GT3 EVO, dans une supersportive homologuée pour la route
  • Une solution Lamborghini unique et légère, dotée d’une aérodynamique exceptionnelle et d’une ingénierie digne d’une voiture de course, qui procure à chaque instant la sensation de conduite la plus authentique
  • Une puissance de 640 ch (470 kW), un couple de 565 Nm à 6 500 tr/min, un rapport poids/puissance de 2,09 kg/ch, une accélération de 0 à 100 km/h en 3,0 secondes, une distance de freinage de 100 à 0 km/h de 30,0 mètres, l’ensemble ayant une dynamique de conduite et une maniabilité permettant de battre des records de tour

Cofango avec conduits d’air, bouclier avant et déflecteurs

Le capot avant, les ailes et le pare-chocs avant sont constitués d’un seul élément: le «cofango», créé par les ingénieurs de Lamborghini, combine le «cofano» (capot) et le «parafango» (aile) ainsi que le pare-chocs avant. Il s’inspire de la Lamborghini Miura et du modèle plus récent, la Sesto Elemento. Il est non seulement léger, mais également un moyen d’accès plus rapide dans les sports automobiles.

De nouveaux conduits d’air sur le capot avant augmentent le flux d’air à travers le radiateur central afin d’améliorer le refroidissement du moteur tout en contribuant à générer une déportance. Le cofango intègre également un nouveau bouclier avant, qui dirige le flux d’air vers le bas de caisse de conception nouvelle et vers le diffuseur arrière.

Le cofango est conçu pour pousser le flux d’air sur le dessus des ailes avant, qui comportent des déflecteurs ayant pour but de maximiser le flux d’air sortant du passage de roue. Cela permet de réduire la pression à l’intérieur du passage de roue tout en augmentant la déportance avant. Le profil latéral du cofango dirige le flux d’air autour des roues avant, ce qui réduit la traînée.

Urus

L’Urus est équipé d’un moteur V8 biturbo de 4,0 litres développant 650 ch (478 kW) à 6 000 tr/min, un maximum de 6 800 tr/min et 850 Nm de couple maximal déjà à 2 250 tr/min. Avec 162,7 ch/l, l’Urus revendique l’une des puissances spécifiques les plus élevées de sa catégorie et le meilleur rapport poids/puissance à 3,38 kg/ch.

L’Urus accélère de 0 à 100 km/h en 3,6 secondes, de 0 à 200 km/h en 12,8 secondes et avec une vitesse de pointe de 305 km/h, c’est le SUV le plus rapide disponible.

  • Design, performances, dynamique de conduite et émotion de conduite – l’ADN pur de Lamborghini
  • Convient à la conduite quotidienne dans divers environnements
  • Moteur V8 biturbo de 4,0 litres avec 650 ch et 850 Nm de couple pour des performances maximales
  • Accélération de 0 à 100 km/h en 3,6 secondes et vitesse de pointe de 305 km/h
  • Système 4WD avec vectorisation active du couple et quatre roues directrices pour une maniabilité parfaite
  • Freins en carbone-céramique, suspension pneumatique adaptative et stabilisation active du roulis pour un maximum de sécurité et de confort
  • Jusqu’à six modes de conduite différents + mode EGO disponible via le sélecteur de dynamique de conduite « Tamburo »

Valeurs de consommation de carburant et d’émissions d’Urus – Consommation de carburant combinée : 12, 71/100 km ; Émissions de CO2 combinées : 325 g/km (WLTP)

Visite 360°

Comme si vous y étiez, grâce à LittlePlanet

Ne manquez pas non plus mon petit tour chez leur voisin direct, Bentley.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page