Business

D’Ieteren : plus de 2 siècles au service de la mobilité en Belgique

Contrairement à la France par exemple, en Belgique l’importateur Volkswagen (et des autres marques du groupe VAG) n’est pas une filiale directe ; il s’agit d’une famille, qui est dans le domaine du transport et de la mobilité depuis 1805, soit 216 ans au moment d’écrire ces lignes…

La D’Ieteren Gallery, collection de plus de 250 véhicules dont une petite centaine est exposée en permanence, retrace cette histoire.  La plupart des véhicules composant cette collection roulent toujours régulièrement.

La D’Ieteren Gallery n’est pas un musée classique ; elle n’est ouverte au public que sur rendez-vous, et pour des groupes de maximum 50 personnes, ne pas dépasser la vingtaine étant l’idéal pour la visite guidée.  Le coût est de 100€ par groupe, quel que soit le nombre de personnes le composant.

Page de présentation de la D’Ieteren Gallery sur le site du Groupe avec toutes les infos pour réserver votre visite…

J’ai eu le privilège de la visiter ce 12 mai, privilège que je vous fais partager tout en parcourant l’histoire de cette dynastie…

Sept générations d’entrepreneurs passionnés

1805-1914 : la carrosserie hippomobile

Les origines de la famille D’Ieteren remontent au XVIe siècle dans le Limbourg néerlandais, au nord-est de Maastricht.

Au début des années 1780, Jan-Gaspard D’Ieteren émigre à Bruxelles.  Il se marie en 1784.  Son fils Jean-Joseph D’Ieteren nait le 7 mars 1785.  Il sera le fondateur de la lignée des carrossiers bruxellois.

En 1805, après six années d’apprentissage, Jean-Joseph commence à exercer le métier de charron à Bruxelles.  Au début il s’agit exclusivement de charronnage, c’est-à-dire la fabrication des roues et des voitures « en blanc » (ni peintes ni garnies).

1805 – 1er métier : Charronnage

Illustration du métier de charron

Jean-Joseph D’Ieteren se lance dans le métier de charron. Il s’installera rue du Marais.

En 1830, il se distingue à l’Exposition Générale des Produits de l’Industrie nationale à Bruxelles en présentant un Tilbury « en blanc », salué par la presse de l’époque.

C’est un Tilbury stylisé que l’on retrouve sur le logo de l’Entreprise.

Jean-Joseph meurt en 1831 et laisse son savoir-faire entre les mains de ses deux fils.  L’ainé, Guillaume (1811-1879) continue le charronnage, tandis qu’Alexandre (1817-1903) part se perfectionner en dessin et en menuiserie de voiture à Paris.  Revenu en Belgique en 1849, les deux frères vont s’associer durant quelques années.

En 1857 Alexandre se sépare de son frère et s’installe rue Neuve dans de nouveaux ateliers, en complétant les travaux de charronnage par des activités de peinture et de garnissage.

1857 – 2ème métier : Carrosserie hippomobile

Alexandre D’Ieteren s’installe au 106 rue Neuve, où il exerce sa profession de carrossier en adjoignant la peinture et la garniture à ses travaux de charronnage.

Alexandre envoie son fils ainé Alfred (1853-1947) chez un forgeron à Paris pour qu’il y fasse son apprentissage.  Son deuxième fils, Emile (1856-1922) se spécialise dans la peinture en voiture et fréquente également l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles.

En 1873, Alexandre ouvre un nouvel atelier chaussée de Charleroi qui réunit tous les métiers de la fabrication des carrosseries.  Alfred s’occupe de la forge tandis qu’Emile supervise l’atelier de peinture.
Alexandre se retire en 1878.  Ses deux fils lui succèdent et prennent comme raison sociale D’Ieteren Frères.

1878 – D’Ieteren Frères

Les frères Alfred et Emile D’Ieteren constituent la société en nom collectif « D’Ieteren Frères ».

A partir de 1880, la maison présente différentes voitures aux Expositions nationales et internationales de Bruxelles, Anvers, Gand, Paris, Londres et Amsterdam et y récolte de nombreuses médailles.  Ils deviennent également fournisseurs de la Cour royale de Belgique et livrent notamment un landau de gala au roi Leopold II en 1905.

Alfred & Emile D’Ieteren

1897-1931 : la carrosserie automobile

Cette fin de XIXe siècle voit la naissance de l’automobile.  Et l’apparition d’un nouveau métier, carrossier pour automobile.

1897 – 3ème  métier : Carrosserie automobile

Les D’Ieteren sont parmi les premiers à produire des carrosseries pour véhicules à moteur dans leurs nouveaux locaux chaussée de Charleroi.

Les ateliers deviennent vite exigus, la fabrication des automobiles demandant plus de place que celle des voitures attelées.  De vastes ateliers sont construits rue du Mail 50, qui est encore à ce jour le siège de la société.

1906 – rue du Mail

Pour faire face à l’afflux de commandes d’automobiles, de nouveaux ateliers sont érigés 50 rue du Mail, qui devient le siège de l’entreprise.

Lucien (1880-1966) fils d’Alfred, prend durant les années qui précèdent la Première Guerre Mondiale de nombreuses responsabilités  pour remplacer progressivement son père aux côtés de son oncle Emile.
En 1911 la production décolle suite à une grosse commande de Delaunay-Belleville.  Malheureusement, la guerre porte un coup d’arrêt à cette progression.

1919 – Société Anonyme

Lucien D’Ieteren devient administrateur-directeur de la société anonyme « Anciens Etablissements D’Ieteren Frères. Carrosserie de Grand Luxe s.a. ».

Emile D’Ieteren décède en 1922 et Lucien reste seul à la tête de l’entreprise.  Il entreprend l’exportation de carrosseries ; en 1928, 65% de la production est destinée à l’étranger (Etats-Unis, Argentine, Egypte, Pays-Bas, Espagne et Portugal).

A la veille du krach boursier de 1929, la Maison D’Ieteren occupe près de 500 ouvriers et fabrique annuellement 400 voitures, chiffre très important pour l’époque.

1931-2021 : les nouveaux métiers

1931 – 4ème métier : Distribution d’automobiles

Dès 1931, l’activité de carrosserie est graduellement abandonnée.  Les Anciens Etablissements D’Ieteren Frères se consacrent désormais à l’importation d’automobiles américaines Studebaker, Pierce-Arrow et Auburn.

Dès 1935 l’entreprise se lance dans l’assemblage de Studebaker.  Cette activité sera l’une des spécialités de la firme pendant 35 ans.

1935 – 5ème métier : Assemblage automobile

La maison s’adjoint des ateliers d’assemblage de châssis et carrosseries arrivant en pièces détachées des usines Studebaker.

1948 – Volkswagen

Après la Seconde Guerre Mondiale, Pierre D’Ieteren (1912-1975), fils de Lucien, ouvre la voie à l’histoire moderne de la société : il conclut un contrat d’importation avec Volkswagen le 17 mars 1948.

Quelques mois plus tard, la Coccinelle est lancée en Belgique.

1948 – Usine de Forest

Une nouvelle usine d’assemblage est construite dans la banlieue bruxelloise, à Forest, d’où sort en 1949 la première Studebaker.

1950 – Porsche

D’Ieteren devient importateur exclusif de Porsche.

Pierre D’Ieteren avec le roi Baudoin (peut-être encore prince royal au moment de cette photo, il est devenu roi en 1951)

1954 – La Coccinelle est assemblée à Forest

L’assemblage des mythiques Coccinelles débute à l’usine de Forest.

Ne manquez pas l’article sur les 75 ans de la Coccinelle.

1956 – 6ème métier : Location de voitures

En 1956, D’Ieteren se lance dans la location à court terme de voitures.  Un contrat est conclu avec les chemins de fer belge : des Coccinelles seront disponibles à la location dans les principales gares du pays.

En 1958, à l’occasion de l’Exposition Universelle, Dit’Rent-a-car, la division de location de D’Ieteren conclut un accord de partenariat avec Avis.

1967 – Inauguration rue du Mail

Inauguration officielle des nouveaux bâtiments de la rue du Mail, érigés par l’architecte René Stapels

En 1972, le fils de Pierre, Roland D’Ieteren, devient administrateur-adjoint de la société qui troque son ancienne dénomination contre celle de S.A. D’Ieteren N.V. en 1974.
S.A. = Société Anonyme en français = Naamloze Vennootschap = N.V. en néerlandais.
La même année la société obtient l’importation des marques Audi et NSU, lance la VW Golf, futur best-seller de Volkswagen.

1974 – Audi

Début de l’importation de la marque Audi (et NSU).

Pour connaître l’histoire de ces 3 Auto Union Wanderer Stromlinie Spezial vous pouvez suivre ce lien.

Connaissez-vous les 4 marques à l’origine de la marque aux 4 anneaux ?

1975 – Roland D’Ieteren

En 1975, Pierre D’Ieteren décède et Roland prend sa succession.

Roland D’Ieteren consolide la position de la société sur le plan international.

Roland D’Ieteren en 1975

Encore étudiant, en 1964, Roland a créé la Neretti I sur base d’un châssis de Coccinelle ; la Neretti II suivra en 1970, des modèles de présérie furent même produits à Mexico. Leur nom vient de D’Ieteren à l’envers.

1975 – Importation des motos Yamaha

Activité cédée début janvier 2021. La succursale de Yamaha Motor Europe aux Pays-Bas a été renforcée afin de reprendre les activités de D’Ieteren Sport, la division de D’Ieteren Auto qui s’occupait de l’import des motos Yamaha en Belgique et au Luxembourg.

1984 – Importation des cyclomoteurs MBK

1984 – Seat

Début de l’importation de la marque Seat, avant que celle-ci ne fasse partie du groupe VAG, ce qui arrivera deux ans plus tard.

1989 – Avis

D’Ieteren s’internationalise par la prise de contrôle d’Avis Europe, un des leaders sur le marché de la location automobile à court terme.

1992 – Skoda

D’Ieteren devient importateur exclusif de Škoda, rachetée par le groupe VAG en 1991 à la suite de la chute du mur de Berlin.

1999 – 7ème métier : Belron

Prise de controle de Belron, n°1 mondial de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules.

2000 – Bentley

Début de l’importation de la marque Bentley qui fait partie intégrante du groupe VAG depuis 1998.

2001 – Lamborghini

Début de l’importation de la marque Lamborghini, également dans le groupe VAG depuis 1998.

Le 16 mars 2005, en présence de Sa Majesté le Roi Albert II, inauguration de la D’Ieteren Gallery actuelle et début des commémorations du bicentenaire de la société qui dureront trois mois.
En mai, rompant avec une tradition deux fois centenaires de dirigeants familiaux, c’est Jean-Pierre Bizet qui est nommé administrateur délégué et CEO du groupe.

2006 – Bugatti

Début de l’importation de la marque Bugatti, qui a suivi Bentley et Lamborghini dans la frénésie d’achats de Ferdinand Piech (1937-2019) en 1998, nouveau président de Volkswagen à l’époque, petit-fils de Ferdinand Porsche.

2011 – Vente Avis

D’Ieteren se retire de la location automobile à court terme en vendant sa participation de 59,6% dans Avis Europe au Avis Budget Group, mettant fin à 55 ans d’activité dans ce secteur.

2014 – 7ème génération

En 2013 Axel Miller succède à Jean-Pierre Bizet comme administrateur délégué et CEO du groupe ; l’année suivante Nicolas D’Ieteren (7ème génération) et son cousin Olivier Perier sont nommés vice-présidents du conseil d’administration.

2015 – Groupe Mondial

Avec un chiffre d’affaires de 5.5 milliards d’euros en 2014, le groupe est présent sur les 5 continents dans 34 pays.  Il emploie quelque 28.360 personnes et sert près de 12 millions d’automobilistes par an.

2016 – 8ème métier : Diversification

Acquisition de la société Moleskine, une marque lifestyle aspirationnelle reconnue dans le monde entier.

2017 – Nicolas D’ieteren

Nicolas D’Ieteren succède à son père en tant que Président du Conseil tandis que son cousin, Olivier Périer, devient Vice-Président du Conseil, assumant la présidence du Comité Stratégique

2018 – Vente d’une partie de Belron à CD&R

D’Ieteren vend une participation minoritaire de 40% dans Belron à la société d’investissement internationale CD&R, renforçant ainsi sa capacité d’investissement.

On aperçoit la carte des implantations de Belron sur la droite de la photo ci-dessous; quant au T1, on l’a vu notamment au Heysel lors du Salon de l’Auto de Bruxelles 2020.

2021 – D’ieteren Group

D’Ieteren scinde ses activités de distribution et de vente au détail dans le secteur automobile pour en faire une nouvelle filiale détenue à 100%. Les deux entreprises, qui faisaient jusque-là partie de D’Ieteren SA/NV, deviennent deux entités distinctes: D’Ieteren Group et D’Ieteren Automotive. Chacune d’entre elles se voit dotée d’une nouvelle identité graphique et d’un nouveau logo.

D’Ieteren Automotive, Rapport Intégré 2020

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page